Rendez votre site SEO-friendly pour la recherche vocale : Siri, Google Now, Cortana

L’avènement des assistants vocaux a modifié notre façon d’effectuer des tâches en demandant à quelqu’un d’autre de les faire. Et c’est la même chose pour la recherche sur Internet. Au début, on utilisait Siri pour lui demander le sens de la vie, lui demander une histoire drôle, lui dire que les chaussettes de l’archiduchesse sont sèches ou archi-sèches ou encore constater son refus de répondre si on lui demande son goût pour la musique de Britney Spears britney wtf.

Lors du Virtual Assistant Summit organisé par Re-Work à San Francisco les 28 & 29 janvier 2016, on a pu apprendre pas mal de choses, notamment les avis de plusieurs pointures du domaine telles que Tim Tuttle ou Jason Mars. Tim Tuttle, CEO fondateur de MindMeld, prédit une montée en puissance de la recherche par assistance vocale au détriment du clavier :

Aujourd’hui, plus de 10% du trafic de recherches est effectué à l’aide de la voix. Dans cinq ans, cette part pourrait passer à 50%.

Euh… d’accord, calme-toi Tim. Siri existe depuis 2007, soit environ 9 ans d’existence… Passer de 10 à 50% d’utilisation en moins de cinq ans paraît un peu surréaliste – sauf si de nouveaux concurrents (tels que Hound par exemple !) viennent accélérer leur adoption. C’est ainsi que Jason Mars, professeur assistant à l’Université de Michigan, tempère les déclarations folâtres du foufou Tim Tuttle :

Je ferais une analogie avec le Palm Pilot, qui ressemblait beaucoup à un prélude de l’Iphone, avec un système d’applications quasiment identiques. Néanmoins, à l’époque, on ne voyait pas de manière évidente comment cette technologie pouvait nous être utile au quotidien, et le Palm Pilot a fini par disparaître. Quelques années plus tard, en revanche, l’iPhone a créé une petite révolution. Pour l’heure, je crois que, sur le marché de l’assistant virtuel, nous sommes plus à l’étape du Palm Pilot qu’à celle de l’iPhone.

On peut conclure que l’état de l’utilisation des assistants vocaux est un marché qui reste en croissance constante. Même s’il n’est pas destiné à être partout tout de suite, il le sera forcément et avec probablement de plus en plus d’acteurs. Et comme aujourd’hui plus de 10% du trafic de recherche est réalisé via la voix, autant optimiser ce mode de recherche !
Mais alors, comment fonctionne une stratégie SEO axée sur les assistants vocaux ?

Comment rendre son site Siri-friendly, google Now-friendly ou Cortana-friendly

Un site optimisé sur Bing et Google

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Siri d’Apple pioche ses résultats sur Bing, et non Google ; Cortana utilise également Bing et enfin Google Now utilise… Google delarue. Il est donc primordial d’avoir son site optimisé pour le référencement mobile (tablettes et smartphones) sur ces deux plate-formes au moins. Vous pouvez consulter notre article qui s’attelle à la question en détail : Optimiser son référencement mobile. Avoir un site mobile-friendly valide et optimisé sur Bing et Google, c’est déjà réaliser les 3/4 du chemin.

La longue traîne interrogative

Si vous observez un(e) collègue en train d’effectuer une recherche via Siri (discrètement car cela pourrait le (la) gêner), vous remarquerez sans doute que le terme recherché ne se présente pas sous la forme : vendeur rouleaux scotch ornemental paris 16  mais plutôt vendeur de rouleaux de scotch ornemental à Paris dans le 16ème arrondissement (l’assistant vocal s’occupant d’enlever le début de la question, tels que « Trouve-moi un« ). C’est le retour de la longue traîne. Dans vos contenus, privilégiez donc des phrases plus naturelles avec des mots-clés de plusieurs mots incluant les mots de liaison.
Privilégiez aussi quand cela est possible des titres sous forme interrogative, comme pour une foire aux questions. Ainsi le terme desktop de recherche transformer eau en vin chimie devient lors d’une recherche vocale comment transformer chimiquement de l’eau en vin. Il est donc conseillé d’utiliser la question plutôt que la réponse, comme le grand titre de cette section. Il est intéressant de noter que le jour où les moteurs de recherche auront fait progresser leurs algorithmes pour pouvoir déterminer une réponse à une question posée par l’utilisateur, il faudra faire l’inverse – favoriser la réponse plutôt que la question.

Attention cependant, car il y a une limite à favoriser les mots-clés à longue traîne : d’après plusieurs tests, les algorithmes de recherche par saisie vocale ont tendance, en plus de faire une recherche sur le terme complet, à couper la phrase pour déterminer les parties pertinentes de votre phrase de recherche. Ainsi, si on recherche comment transformer chimiquement de l’eau en vin sur Siri, on peut supposer qu’il va chercher ces termes : comment transformer chimiquement de l’eau en vin / transformer chimiquement eau vin / transformer eau vin / transformer chimiquement. La solution idéale à cela est de laisser les moteurs de recherche déterminer les parties pertinentes de votre site et d’adopter un contenu formulé naturellement (le langage naturel, y a que ça de vrai).

Être bien intégré sur les réseaux sociaux

Les assistants vocaux ont bien intégré les réseaux sociaux et peuvent afficher des informations qui peuvent correspondrent à votre page Facebook, vos tweets ou vos posts G+ (dédicace à Google Now forever-alone). Lorsque vous souhaitez améliorer vos chances d’apparaître sur un thème précis, n’hésitez pas à communiquer sur ces réseaux sociaux pour apparaître via votre pertinence.

Ne pas oublier la localisation : Google Maps, Apple Plans et Bing Cartes

Siri utilise Apple Plans, Google Now utilise Google Maps et Cortana utilise Bing Cartes, qui lui-même utilise la base de données PagesJaunes pour situer les commerces. Si votre commerce a une situation physique ou une dimension locale, n’oubliez pas de l’ajouter sur ces trois plate-formes (même si PagesJaunes enregistre automatiquement les nouveaux commerces dans sa base en version basique). Pour ajouter votre entreprise sur Apple Plans, c’est sur Apple Maps Connect ; pour Google Maps c’est via Google Local Business et enfin pour Bing Cartes vous pouvez vous inscrire soit sur Pagesjaunes.fr soit sur Bing Places.

quelque_chose

Pas de publicité CPC

En effet, ce n’est pas la peine de penser pouvoir faire du positionnement payant car ils bloquent les publicités dans les résultats de recherche. Il s’agira donc de ne cibler que l’optimisation du référencement naturel, surtout qu’il y a une accentuation de l’efficacité à être dans les trois premières places dans la recherche vocale.

Incorporer les données structurées

Sachant que les assistants vocaux utiliseront de plus en plus les données structurées pour répondre à la question de l’utilisateur, cela ne peut faire que du bien à votre positionnement mobile d’intégrer les données structurées (les fameux rich snippets) au sein de votre site web. C’est d’ailleurs inclus dans notre article d’optimisation du référencement mobile. Liez vos données structurées avec vos contenus sous forme de question (Qui, Quoi, , Quand, Pourquoi et Comment doivent devenir vos nouveaux préceptes), et là c’est le bingo thatsabingo_smiley.

Conclusion : rester focus

Sans prendre part aux déclarations affirmant chaque année que « le Voice Search, tu vas voir mec, ça va être la tendance de l’année dans les chaumières !  » (propos émanant de la concierge du 3ème étage), il est vrai que la tendance à l’utilisation est toujours positive d’année en année, même s’il n’y a toujours pas de véritable adoption de masse. Son utilisation commence à être acceptée grâce à l’habitude de l’outil et à la multiplicité des acteurs du marché. Si vous avez un business à dimension un minimum locale, il y a tout intérêt de commencer à s’intéresser au Voice Search. Cela permettra de se spécialiser sur de nouveaux points de contact tout en améliorant la pertinence de vos visiteurs.

Comme il s’agit d’une technologie très évolutive au fil des ans (l’arrivée de Facebook avec son assistant « M », l’assistant vocal super rapide « Hound », etc.), il faudra rester un minimum attentif pour pouvoir réagir en cas de changement majeur ou même mineur.

 okgoogle

Sources : Apple Siri, Google Now, Microsoft Cortana, HFR, Huffpost Business, L’Atelier, iMatrix

2 Commentaires

  1. Un très beau résumé pour apprivoiser la recherche vocale, une très grand tendance de 2016. Il serait également intéressant que Google rajoute une option dans l’outil Google Keyword Planner pour obtenir le nombre de requêtes mensuelles seulement vocales. (Même si il n’y a très que peu de « mêmes requêtes » pour la longue traîne car c’est très souvent spécifique)

    • Merci :)
      C’est vrai que ce serait l’idéal, pouvoir connaître la provenance du mot-clé quand il s’agit d’une requête vocale. On pourrait même espérer la même chose sur Google Trends, Google Analytics… !

Envoyer un commentaire